Category: orientation

mai 18 2018

FemmesTech rencontre des Jeunes à Savante Banlieue 2017

Si vous ne l’avez pas encore vue – c’est l’occasion: la vidéo de FemmesTech à la rencontre des jeunes visiteurs à Savante Banlieue 2017.

A voire – revoir – à partager – à diffuser

avril 13 2018

FemmesTech et l’équipe féminine « Tornado » de l’IUT St Denis qui termine 2e au concours GIM’Eole – Suite

Pour rappel:

Une équipe exclusivement féminine d’étudiantes du département Génie Industriel et de Maintenance l’IUT St Denis a participé avec l’éolienne « Dionysienne Tornado » au concours nationale GIM’EOLE et remportée la deuxième place du classement général. La particularité? Cette équipe a eu le soutien du projet FemmesTech (www.femmestech.fr).

Voici des photos du concours

Comme d’habitude dans le domaine technique:

un public très masculin

Voici l’équipe féminine « Dionysienne Tornado »

Derniers ajustements.

L’Eolienne « Dionysienne Tornado » devant le jury.

On a gagné!


 

avril 09 2018

FemmesTech et l’équipe féminine « Tornado » de l’IUT St Denis qui termine 2e au concours GIM’Eole

Une équipe exclusivement féminine d’étudiantes du département Génie Industriel et de Maintenance l’IUT St Denis a participé avec l’éolienne « Dionysienne Tornado » au concours nationale GIM’EOLE et remportée la deuxième place du classement général. La particularité? Cette équipe a eu le soutien du projet FemmesTech (www.femmestech.fr)

Vous pouvez ici lire le communiqué de presse de département GIM de l’IUT St Denis

oct. 27 2017

FemmesTech à Savante Banlieue les 12 et 13 octobre 2017

Lors de la 17e édition de Savante Banlieue FemmesTech, portée par Martina Kost, a tenu un stand et animé deux conférences passionnantes qui ont donné aux jeunes femmes (et hommes) envie de s’investir dans des secteurs professionnels techniques. Enthousiastes, les intervenantes, travaillant toutes dans des domaines techniques, ont à cœur de transmettre leur passion et de démystifier les filières techniques afin d’aider les jeunes femmes à s’orienter vers des filières qu’elles n’osent pas investir.

Un succès – avec plus de 400 jeunes qui ont suivi les conférences et un stand autour duquel se bousculaient aussi des jeunes hommes pour trouver discuter avec les professionnels.

« Au lycée, les profs me disaient que j’avais un profil d’interprète parce qu’on parlait allemand dans ma famille, mais j’ai préféré intégrer un IUT de génie mécanique et productique. J’étais la seule femme sur 70 élèves et là, on m’a expliqué que j’aurais plus ma place dans le social … »

« Je n’ai pas une journée qui ressemble à une autre. Je peux être en réunion avec les entrepreneurs, les architectes, ou à un comité de pilotage avec des élus pour définir des orientations sur les projets, à mon bureau pour corriger des plans de sécurité ou sur un chantier. Ce que j’aime c’est la diversité de ce que je fais. Je suis comme un traducteur, je dois être en capacité de comprendre un problème d’électricité dans un bâtiment et de l’expliquer à un élu ou un décideur. »


« Sur un chantier de forage, il y a parfois une géologue mais c’est rare. La plupart des techniciens chimistes avec lesquels on travaille sont des hommes. C’est dommage car ces postes sont accessibles à tous les genres ! « 


mai 16 2017

« Infinités Plurielles » et FemmesTech à l’IUT St Denis, mai 2017

Martina Kost a représenté FemmesTech  le mardi 2 mai 2017 pendant la pause déjeuner à l’IUT St Denis  dans le cadre de l’exposition photo « Infinités Plurielles » dans le hall d’entrée de l’IUT. Des discussions avec les jeunes femmes inscrites en première année des différentes filières techniques (GIM, GMP, HSE …) et peut-être un projet ensemble avec ces jeunes femmes motivées.

Femmes Tech a l IUT St Denis L'exposition Infinités Plurielles à l'IUT St Denis
L'exposition Infinités Plurielles à l'IUT St Denis
févr. 01 2017

Conférence Ingénierie: Comment développer l’apprentissage dans les entrepises de la branche? le 17 janvier 2017

Les Cahiers Techniques du Bâtiment viennent de réaliser une étude sur l’apprentissage dans les bureaux d’études en partenariat avec le ministère de l’Education, le Fafiec et la féderation Cinov.

Un paradoxe se fait jour : alors que l’apprentissage pour se former aux métiers d’ingénieur, se révèle plébiscité, les entreprises n’y recourent que très modérément.

Lors d’une conférence ingénierie à la Maison des Ingénieurs le 17 janvier 2017 Julien Jean-Pierre, directeur de la rédaction de CTB, a présenté les résultats de cette étude qui ont ensuite été commentées par Martina Kost, vice-présidente de CINOV Ile de de France.

Lors de la discussion, les participants ont bien confirmé les constats de l’étude sur l’apprentissage et ont souligné l’ampleur et l’impact négatif pour une petite structure quand un apprentissage qui se passe mal (il s’agit d’un contrat de travail). Pour une petite structure, s’engager dans un contrat d’apprentissage suivi, si possible, d’un contrat de travail demande une visibilité économique et un engagement à long terme.

Pour les jeunes et leurs encadrants de l’enseignement, le travail dans une petite structure n’est pas vu comme valorisant, les « grands noms » attirent forcément plus. Cela va ensemble avec une méconnaissance des petites structures : En effet, elles attendent d’un apprenti un profil qui permet de travailler en autonomie et en transversale et de prendre aussi des responsabilités – une belle opportunité d’évolution pour un jeune. Mais tous les jeunes ne sont pas capables de travailler dans ces conditions. Un apprentissage « raté » est particulièrement perturbant dans le choix d’orientation professionnelle d’un jeune. Il paraît donc primordiale que les personnes qui orientent le jeune connaissent mieux ce contexte spécifique.

Dans les expériences passées, l’entreprise devait même se « substituer » à l’école pour l’apprentissage théorique pourtant censé être un acquis préalable pour le travail dans l’entreprise et cela représente un poids supplémentaire pour la petite structure.

En conclusion de la discussion : pour la représentation syndicale s’impose la nécessité de mieux valoriser auprès des enseignants et des élèves les métiers des ingénieurs conseil et des bureaux d’études afin que le jeune ne considère plus sa candidature pour un apprentissage dans une petite structure par défaut ou par obligation suite au refus de sa candidature par les grandes sociétés.

 

Développer l'apprentissage dans les entreprises de la branche

oct. 19 2016

« FEMMES TECH » et Savante Banlieue le 14 octobre 2016

Sciences et techniques

Métiers d’hommes, carrières de femmes

A l’occasion de la 16e édition des journées « Savante Banlieue », pour la Fête de la science, à l’Université de Villetaneuse, deux conférences passionnantes se sont tenues sur l’investissement des femmes dans les professions scientifiques et techniques.

Femmes Tech et Savante Banlieue

Le vendredi 14 octobre, dans le cadre de « Savante Banlieue », le public est entré en nombre à l’université de Villetaneuse. Dans ses rangs, quelque 200 élèves scolarisés sur le territoire de Plaine Commune (dont plus d’une centaine de troisièmes des collèges courneuviens Jean-Vilar et Raymond Poincaré), et une quinzaine de membres de l’association courneuvienne Africa. L’idée ? Leur faire découvrir les « métiers de l’avenir au féminin », selon le titre des deux conférences organisées par Martina Kost, ingénieure physicienne, représentante de la Cinov-IDF, et Marie-Christine Labat, chargée de mission au Comité de promotion des droits des femmes de La Courneuve. Cette action a été menée dans le cadre de la convention de coopération décidée entre le ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche et le Fafiec, avec le concours des fonds collectés au titre de la taxe d’apprentissage. Elle s’inscrit dans le cadre de « Femmes Tech », une initiative citoyenne lancée en 2014 et soutenue par la fédération Cinov en partenariat avec la Ville de La Courneuve et ses élus, qui l’ont votée en Conseil municipal.

Femmes Tech et Savante Banlieue

Bouillonnants mais attentifs, accompagnés par leurs professeurs, les jeunes ont écouté les interventions successives d’Amita Tripathi, directrice technique de Fluidyn, une entreprise de Saint-Denis qui développe des logiciels scientifiques pour simuler les phénomènes physiques ; Hanna Irani, ingénieure électrotechnique et électronique chez Gaggenau, qui développe et teste les équipements de cuisine de demain ; Prudence Doguiet, inspectrice de salubrité au Service communal d’hygiène de la mairie de La Courneuve ; Sylvie Riou, consultante-experte en performance et management de l’énergie ; Janine Irani, qui supervise les systèmes de production dans les usines de Mercedes en Allemagne et à Pékin en Chine, et Martina Kost elle-même, physicienne de formation, qui dirige l’entreprise B4E à La Courneuve, spécialiste des objets connectés et de l’électronique embarquée.

« Électronique, environnement, thermodynamique, énergie… tous ces secteurs, qui sont pourtant porteurs actuellement, sont encore trop peu investis par les femmes. Nous voulons donc encourager les adolescentes et leur famille à envisager ces métiers qui embauchent comme des débouchés possibles pour elles », a expliqué Martina Kost, très investie, qui poursuit : « Pour cela, nous avons choisi d’inviter des professionnelles, surtout des jeunes femmes, aux parcours scolaires et aux métiers très variés. Il était par ailleurs important qu’elles soient toutes rattachées au territoire parce qu’elles y sont nées, qu’elles y ont vécu leur scolarité ou qu’elles y travaillent. Il s’agit de démystifier pour ces élèves et leurs parents les voies professionnelles en question et de leur montrer qu’ils sont eux aussi capables de les emprunter. »

Femmes Tech et Savante Banlieue

Un pari apparemment gagné, comme l’ont prouvé les questions enthousiastes, bien que parfois inquiètes, des auditeurs en fin de séance : pour préparer leur avenir, ils ont interrogé les intervenantes sur la meilleure filière scolaire à suivre (bac pro, BTS, bac plus deux…) ou sur l’organisation de leur activité professionnelle au quotidien. Une initiative précieuse et à suivre.

août 12 2016

Mini Conférénce « Les métiers d’Avenir au féminin » lors de Savante Banlieue

Cette initiative s’inscrit dans le projet FEMMES TECH, en direction des femmes, pour la découverte et l’orientation des métiers techniques. Elle est initiée par Martina Kost pour la Fédération professionnelle CINOV, en partenariat avec la fédération TA Fafiec et le comité courneuvien pour les droits de la femme.

Il s’agit de révéler les faces cachées des métiers techniques en prenant des exemples de la vie quotidienne de femmes ingénieurs et/ou spécialistes. Comment sont-elles arrivées dans leur profession (occupée en grande majorité par des hommes) ? Comment réussissent-elles ? Comment le vivent-elles au quotidien ? Qu’est-ce qu’elles aiment dans leur métier ?

Action menée dans le cadre de la convention de coopération signée entre le Ministère de l’Education Nationale, de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche et le FAFIEC avec le concours des fonds collectés au titre de la taxe d’apprentissage.

Prévu le 14 octobre à l’Université Paris 13. Vous pouvez vous inscrire ici.

Pour s’inscrire

http://www.savantebanlieue.com/mini-conferences/metiers/#.V62_6b40eUk

janv. 20 2016

WFES 2016 Day 2

Vu sur le pavillon japonais: La jeunesse n’est pas oubliée – des expériences techniques pour les jeunes. Cela plaît. Ambiance studieuse.

Epériences techniques pour les jeunes

janv. 04 2016

Conférence Climat IUT de Saint Denis le 10 décembre 2015

Les discussions de la COP21 ont eu lieu au Bourget – l’IUT de St Denis a organisé à cette occasion une conférence en destination des étudiants et enseignants.

Martina Kost a présenté la méthodologie et les apports des actions d’efficacité énergétique lors de cet après-midi

Une rencontre riche d’informations et d’échanges, notamment sur les perspectives d’emploi et d’activités dans les filières techniques liées aux sujets de la conférence.

Conference Climat COP21 IUT St Denis

Le programme de la conférence.

Programme Conference Climat COP21 IUT St Denis