Category: WFES

août 02 2019

Notre Avis en bref: L’Hydrogen Road doit se développer de façon « propre et équitable »

L’hydrogène ?

Le « formeur d’eau », l’hydrogène est un combustible propre qui fournit de la chaleur sous forme de réaction exothermique :

2 H2 + O2 => 2 H2O

Sur le plan du climat, il faut ajouter : C’est un combustible propre, « à condition de le produire proprement ».

 

L’utilisation de l’hydrogène 

Son utilisation pour produire de l’énergie mécanique est technologiquement aisée, et on produit in-fine de l’énergie noble : du travail et/ou de l’électricité.

On peut utiliser les technologies thermodynamiques existantes moyennant des modifications pour tenir compte des caractéristiques physiques de l’hydrogène (y compris la tenue du matériau des moteurs par exemple).

Le business de l’hydrogène 

Les discussions entre Experts au WFES 2019 à Abou Dhabi, tournaient fortement autour de la question de l’hydrogène et surtout autour des perspectives de business qui accompagnera son développement.

Bien que l’IRENA (Agence internationale pour les énergies renouvelables) pousse à la roue pour accélérer l’usage du renouvelable, l’Agence reste toujours dans une logique de développement du solaire et de l’éolien en priorité.

Quel est le risque pour le climat ?

Le risque pour l’avenir est le développement et l’évolution du circuit technico-économique de l’hydrogène en roue libre.

Ce type de situation profitera aux marchés financiers… et certainement pas au climat.

Quel est le risque pour l’industriel ?

Les industriels sont respectueux de l’environnement dans le cadre réglementaire qui leur est imposé, ils sont attentifs à leurs dépenses énergétiques, de matières premières et de l’ensemble de leurs rejets.

A écouter leurs syndicats professionnels respectifs, ils sont même volontaires pour aller plus loin pour la défense du climat.

C’est où la limite? Pour l’hydrogène, la plus évidente est la sécurité d’approvisionnement.

Exemple Hydrogen Road présenté lors de WFES 2019 (photo):

Transport par voie maritime de l’hydrogène à partir des terminaux japonais vers l’endroit de consommation.


mai 03 2019

WFES 2019 à Abou Dhabi – Abu Dhabi sustainable Finance Forum (ADSFF)

Le 16 janvier 2019 a eu lieu la session inaugurale du premier ADSFF. Joseph IRANI y était invité et vous trouverez ici son résumé en exclusivité.

L’objectif stratégique de ce forum est de créer un solide HUB financier pour les investissements à destination des projets pour le climat. Le champs d’intervention de cette entité est local et aussi dans d’autres pays du monde.

A la signature de la convention, la banque d’Abu Dhabi s’est d’ores et déjà engagée à injecter 10 milliards de dollars sur les 10 prochaines années pour des prêts en faveur de ces projets.

Les 24 autres signataires de la convention étaient présents (Ministres, chefs d’entreprises ou Directeurs de structures étatiques), ainsi qu’un panel d’experts financiers et de banquiers pour les débats.

Les banquiers et les experts financiers avaient exprimé leurs difficultés à savoir reconnaître si un projet est « vert » ou pas. Ces projets sont techniquement complexes et ils souhaitent qu’il y ait un répertoire précis mis à leur disposition qui classe les projets et les technologies éligibles. Cela les rassure et leur permettra de répondre efficacement aux demandeurs s’ils pourront accorder ou pas un crédit « vert ».

Ce « Sustainable Finance Agenda », dont l’ADSFF en donne le coup d’envoi, se dit en phase avec les objectifs 2030 de l’ONU et ses 17 SDGs (Sustainable Developement Goals). Il s’agit de mobiliser les efforts pour un développement économique équitable, avec l’intégration du social et la protection de l’environnement.

Un élément IMPORTANT à relever : bien que nous étions dans le monde économique des finances et in-fine du « green business », il y a eu l’acceptation par les présents que le développement durable, le développement social et le bien être de la population sont inter-connectés. Remarque : Cela n’est pas évident à le traduire sur le terrain,Voir ce qui suit.

J’ai demandé un entretien à Mme Eila KREIVI directrice du Capital Markets Departement de la Banque Européenne d’Investissement. Le sujet étant : A la COP 22 du Marrakech, il a été décidé d’un montant d’aide pour le climat à destination des pays d’Afrique. Depuis on est resté sur une ambiguïté majeure : comment faire la différence entre les projets du développement économique et social avec les finances qui vont avec et les financements fléchés « climat » (et inversement)?

Madame KREIVI confirme la complexité de faire des « financements conjoints ». Néanmoins elle précise que dans les projets financés par la ligne du développement économique, le critère environnemental est toujours pris en compte. Et elle précise que dans les faits, cela dépend de la capacité d’un état à investir sur son projet par exemple (Je tiens à remercier Mme KREIVI pour ce temps de discussion constructif).

Pour ce sujet que nous portons depuis la COP de Marrakech, l’objectif à atteindre est le suivant :

Pour les pays d’Afrique concernés par les financements décidées à la COP22, tous les projets pour le climat doivent intégrer le développement social et économique.
Il faudra donc que les financements dédiés Climat ou/et développement économique puissent s’abonder mutuellement pour que chaque projet, quelque soit son objet principal, puisse être respectueux du climat et du développement de la société (y compris le transfert des savoir-faire et l’emploi local.


févr. 08 2019

WFES 2019 à Abou Dhabi – Masdar City aujourd’hui (suite et fin)

Cette année, comme pratiquement tous les ans, nous étions présents au WFES d’Abou Dhabi (World Future Energy Summit 2019).  C’est aussi l’occasion de suivre l’Assemblée Générale de l’IRENA et de rencontrer les représentants des pays membres. Plus de 10 ans après, nous souhaitions savoir ce qu’est MASDAR CITY aujourd’hui.

Trouvez ici les propos de Joseph IRANI (Partie 2 et fin) :

Et pour finir ce blog, la question du transport se pose. En effet, en période de grandes chaleurs, parcourir des longues distances à pied est particulièrement difficile. Sur ce point, il est interdit (voir pas possible) de circules au sein de Masdar City avec un véhicule à moteur thermique. Il existe deux situations pour le transport :

Première situation, l’arrivée à la ville :

 Un grand parking extérieur pour garer son véhicule « grande distance »

Un véhicule électrique autonome pour le déplacement vers la destination

Deuxième situation : piéton dans la ville

Un mini bus électrique et autonome transporte les piétons d’un bout à l’autre d’une rue. Il s’agit de l’AUTONOM SHUTTLE

Le groupe en visite a testé ces deux transports autonomes : ça fonctionne.

Ce blog ne couvre pas l’ensemble du WFES. Il y aura certainement un deuxième sur une nouveauté stratégique pour l’accélération des projets dans le renouvelable.

Lire la partie 1 de ce retour.


févr. 04 2019

WFES 2019 à Abou Dhabi – Masdar City aujourd’hui

Cette année, comme pratiquement tous les ans, nous étions présents au WFES d’Abou Dhabi (World Future Energy Summit 2019).  C’est aussi l’occasion de suivre l’Assemblée Générale de l’IRENA et de rencontrer les représentants des pays membres. Plus de 10 ans après, nous souhaitions savoir ce qu’est MASDAR CITY aujourd’hui.

Trouvez ici les propos de Joseph IRANI (Partie 1) :

J’étais avec une délégation de membres du conseil de l’IRENA* originaires de l’Afrique du Sud, et notre guide était le directeur de l’urbanisme et du développement durable de la ville.

Cette photo illustre 2 points :

  • Le travail minutieux des architectes avec les chercheurs de l’université que Masdar City abrite, pour une conception bioclimatique de l’ensemble de la ville. Par exemple, optimiser l’orientation des rues et des bâtiments pour profiter des vents dominants et de zones où l’ombre est privilégiée.

  • Le type de bâti et les matériaux utilisés sont différents entre le début de la rue et ceux qui se trouvent au fond de celle-ci. Il s’agit là des différentes phases de la constructions de la ville, où les architectes avec les chercheurs avaient étudié plusieurs type de matériaux et de compositions de parois.

La photo à gauche illustre le travail sur les espaces de détente sur la ville.

Cette tour que la photo montre, est placée sur une place centrale de la ville et sa fonction est de ramener de l’air rafraichi vers la place. Pour cela les concepteurs avaient utilisé le principe du rafraichissement adiabatique.

Remarque personnelle : je l’ai baptisé « la tour du bonheur ». En effet, au pied de la tour il y a écrit « HAPPINESS » et surtout il y a 2 ou 3 ans, l’Emirat avait nommé une jeune ministre : « ministre du bonheur ». Mes compagnons de visite ne voulaient pas croire…

 

* L’IRENA (International Renewable ENergy Agency) est l’organisation intergouvernementale dont la mission est la promotion des énergies renouvelables à l’échelle mondiale, elle accompagne les états dans leur transition vers les énergies d’avenir à bas CO2. Elle a été créée en 2009 dont M. Jean-Louis BORLOO s’est félicité à l’époque en disant que la France est fière d’être un pays fondateur et signataire du traité fondateur de l’IRENA. Son siège est à Masdar city à Abou Dhabi et Madame Hélène PELOSSE en était la première présidente. Nous y étions présents.

Lire la partie 2.


janv. 27 2017

WFES 2017 – Nos impressions Day 3

El Behar Towers

Depuis des années lors des sessions du WFES, je passais devant ces deux tours (145 étages) qui sont sur ma route (rue Al Salam) pour aller et revenir de l’ADNEC.

Il s’agit d’une prouesse de la construction “climatique” ou “eco-friendly”. Leur nom est El Behar Towers. Pour l’appellation populaire : regardez la photo – qu’est-ce qu’elle vous inspire ?

El Behar Towers Detail

Reponse : Pineapples Towers (ananas)

Il s’agit d’une double peau qui protège le bâtiment des rayons directs du soleil. Un mécanisme de façades intelligentes, géré automatiquement, ferme la zone exposée au soleil de la coquille et ouvre les autres zones pour avoir de la lumière naturelle.

El Behar Towers Detail - Pinapples Towers

Ce système permet de réduire de 50% la chaleur des rayons solaires entrant dans les tours, d’où un impact positif écologique important sur les consommations énergétiques pour la climatisation pour le confort au travail des salaries (Il s’agit de banques).

 

janv. 24 2017

WFES 2017 – Nos impressions Day 2

Voici un retour  sur les discours entendus lors de l’opening ceremony du jour précédent: notre époque est celle qui doit décider et choisir les solutions énergétiques du futur dans les meilleurs conditions écologiques de la planète.

Dans ce contexte, on a aussi parlé du nucléaire – la presse du sommet n’avait pas fait allusion a cette partie dans les discours.

A la COP22 du Marrakech, il y a eu des voix qui rappelaient déjà que le nucléaire est une énergie qui n’émet pas de CO2.

La question de l’Expert à creuser est la suivante : dans quelles proportions le nucléaire civil fera-t-il partie des mix énergétiques des énergies d’avenir et pour quels pays?

On peut se demander si les milliards promis lors de la COP 22, pourraient servir au développement du nucléaire civil?

WFES 2017

Le stand du Kazakhstan est juste a cote du nucléaire Coréen – une signification?

janv. 20 2017

WFES 2017 – Nos impressions Day 1

Depuis maintenant dix ans, l’ADSW (semaine du développement durable) a ouvert ses portes a l’ADNEC (exibitions center) avec la traditionnelle et prestigieuse “Opening Ceremony”.

Cette OC a deux moments forts :

  • Les mots de l’hôte et du principal invite
  • Les présentations des projets et des lauréats du ZAYED FUTURE ENERGY PRIZE

Sur les projets et les lauréats, la grande partie de ces projets sont a destination des écoles et des jeunes de plusieurs pays du monde, y compris des pays en développement. Cela est appréciable et très utile pour l’avenir, quand on sait que les actions qui s’amorceront suite aux financements actes a la COP22 de Marrakech, vont créer des opportunités d’emplois que ces jeunes formés aujourd’hui pourraient trouver leur avenir et leur projet de vie.

Dans le mot de l’hôte, Monsieur Le Ministre d’état et Président de MADAR, je retiens un point qui me paraît important. Car il est sur le fond particulièrement différent des neuf précédents. Je cite (tout en sachant que je fais aussi une traduction) : les acteurs des énergies nouvelles et ceux des énergies traditionnelles doivent travailler ensembles pour proposer des offres plus intelligentes et commercialement viables.

Habituellement dans mes CR je commente le pourquoi de mon choix des éléments importants, cette fois je vais le laisser pour des questions des visiteurs du site. N’hésitez pas a me poser vos questions ou me faire part de vos commentaires.

Ceremonie ouverture WFES 2017

Les lauréats et lauréates : Photo de classe ou tout le monde cherche sa place

janv. 28 2016

WFES 2016 – Après notre retour

Voici de retour en France, avec le recul nos dernières impressions :

WFES 2016 est la première grande rencontre internationale après la COP 21.
Les quelques points notés des discours des orateurs :
– jamais avant, la volonté politique face au changement climatique et l’engagement dans le développement durable, ont été aussi forts qu’aujourd’hui
– toutes les formes d’énergies, traditionnelles et nouvelles, doivent travailler la main dans la main
– Un des grands challenge de l’humanité est d’avoir suffisamment d’énergies propres pour assurer la future demande énergétique
– toutes les nations du monde sont « touchées » par le changement climatiques, c’est de leur devoir d’assumer cette responsabilité globale
– l’accord de Paris était une victoire pour les peuples. Les gouvernements, les secteurs privés et les organisations internationales doivent maintenant le faire avancer
Dr Sultan Ahmad Al Jaber ministre d’état de l’EAU, président de MASDAR (l’hôte du WFES), M. Enrique Peña Nieto Président du Mexique, M. Ban Ki-moon secrétaire général des nations unies, avaient salué l’accord historique de la COP 21 à Paris.
Ban Ki Moon, secrétaire générale des Nations Unies
Citation de M. Ban Ki-moon :
« Il n’y a pas de plan B, parce qu’il n’y a de planète B » et notre tâche sera de faire en sorte que les accords de la COP 21 fonctionnent.
Dr Sultan Ahmad Al Jaber
Dr Sultan Ahmad Al Jaber ministre d’état de l’EAU, président de MASDAR (l’hôte du WFES)
Enrique Peña Nieto
Enrique Peña Nieto Président du Mexique
janv. 25 2016

WFES 2016 Day 4

Le dernier jour … Il reste le souvenir des moments agréables, comme par exemple d’écouter le « Recycled Orchestra ». Effectivement, WFES2016 a intégré la thématique de la valorisation des déchets. Cette initiative a été mise à l’honneur lors de la cérémonie d’ouverture.

Recycled Orchestra

« Recycled Orchestra » – Un moment agréable

Recycled Orchestra

janv. 21 2016

WFES 2016 Day 3: Ce qui a évolué depuis WFES 2012

En 2012, B4E a participé pour la dernière fois à WFES. Depuis, on a constaté des évolutions techniques et technologiques.

Nous ne vous privons pas de la plus évidente:

Panneau solaire sans entretien vu 2012

Nous avons vu ce panneau solaire à Al Ain en 2012.

Panneau solaire avec entretien vu 2016

L’avancée remarquée en 2016! Il était temps