Calendrier

janvier 2017
L Ma Me J V S D
« déc    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

WFES 2017 – Nos impressions Day 1

Depuis maintenant dix ans, l’ADSW (semaine du développement durable) a ouvert ses portes a l’ADNEC (exibitions center) avec la traditionnelle et prestigieuse “Opening Ceremony”.

Cette OC a deux moments forts :

  • Les mots de l’hôte et du principal invite
  • Les présentations des projets et des lauréats du ZAYED FUTURE ENERGY PRIZE

Sur les projets et les lauréats, la grande partie de ces projets sont a destination des écoles et des jeunes de plusieurs pays du monde, y compris des pays en développement. Cela est appréciable et très utile pour l’avenir, quand on sait que les actions qui s’amorceront suite aux financements actes a la COP22 de Marrakech, vont créer des opportunités d’emplois que ces jeunes formés aujourd’hui pourraient trouver leur avenir et leur projet de vie.

Dans le mot de l’hôte, Monsieur Le Ministre d’état et Président de MADAR, je retiens un point qui me paraît important. Car il est sur le fond particulièrement différent des neuf précédents. Je cite (tout en sachant que je fais aussi une traduction) : les acteurs des énergies nouvelles et ceux des énergies traditionnelles doivent travailler ensembles pour proposer des offres plus intelligentes et commercialement viables.

Habituellement dans mes CR je commente le pourquoi de mon choix des éléments importants, cette fois je vais le laisser pour des questions des visiteurs du site. N’hésitez pas a me poser vos questions ou me faire part de vos commentaires.

Ceremonie ouverture WFES 2017

Les lauréats et lauréates : Photo de classe ou tout le monde cherche sa place

Publié dans International, Manifestations professionnelles, WFES | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire

Après COP 22: Deux mondes face au développement durable

Nous commençons cette année avec une dernière réflexion suite à notre participation à la COP22 à Marrakech.

A Bab Ighli, la proximité de la zone verte et de la zone bleu, faisait apparaître deux mondes : le monde des pays en attente des solutions à leurs besoins -et le monde des pays qui détiennent ces solutions et les moyens pour les mettre en œuvre.

Le sujet est très complexe et particulièrement difficile à détailler. On a envie de préciser : le développement durable n’est pas « l’installation d’un panneau solaire » ! La construction d’un hôpital avec des panneaux solaires, sera-t-il un investissement pour le climat ? Ou bien tout simplement un investissement pour répondre au besoin social d’un hôpital pour la population. Idem pour les écoles.

Quelle sera donc la logique de financement d’un vrai développement durable dans les pays d’Afrique ? Le « local ressources, local choices » que nous portons a toute sa place dans cette réflexion. Nous retenons une lueur d’espoir dans la proclamation de Marrakech :

« la transition requise de nos économies pour atteindre les objectifs de l’accord de Paris fournit une opportunité positive et substantielle pour une prospérité accrue et un développement durable »

Et aussi :

« Nous appelons toutes les Parties à renforcer et à soutenir les efforts pour éradiquer la pauvreté, assurer la sécurité alimentaire et prendre des mesures rigoureuses pour faire face aux défis des changements climatiques dans le domaine de l’agriculture »

Cop 22

Madame Elisabeth GUIGOU était présente à la COP22.

Madame GUIGOU est née à Marrakech. Et c’est peut être une raison de plus pour participer à la réussite de cette COP.

Elle l’avait déjà fait en début 2015, en tant que présidente de la commission des affaires étrangères, quand elle a accueilli Madame Hakima Ei-Haiti, ministre déléguée chargée de l’environnement du royaume du Maroc. En cette période, il était question de la préparation de la COP21 de Paris, et de celle de la COP22 à Marrakech, puisqu’on savait à l’époque que le Royaume du Maroc a été désigné pour présider cette dernière.

Publié dans International, Manifestations professionnelles | Marqué avec , , | Commentaires fermés

Après COP 22: Des inventions originales, simples et efficaces – il fallait juste regarder et comprendre

En attendant vendredi le 18 novembre pour voir les milliards qui vont être alloues pour aider les pays du sud dans leurs développements, et en attendant le temps que les sommes consacrées à la lutte contre le réchauffement climatique arrivent a leurs destinataires, il y aura certainement des actions, qui coûteront peu aux contribuables, qui pourraient être engagées sans trop tarder. Pour fixer les idées, un exemple d’une technologie qui a été exposée dans la zone verte. Il s’agit du Mewar Anghiti.

Vu qu’il ne dispose pas de panneau solaire, ni de leds qui s’allument en toutes les couleurs, le stand n’avait pas attiré la foule, surtout que cela « ne faisait pas sérieux » aux yeux des néophytes. Néanmoins, cet objet métallique en tôle trouée pliée, apporte une économie de bois sensible pour les cuissons dans les fours a bois traditionnels utilisés encore actuellement dans les villages (voire les villes) des pays Africains.

Mewar Angithi

Nota : il s’agit d’un scan de la brochure distribuée

Avis de l’Expert thermodynamicien : cet objet de part sa conception, améliore l’arrivée de l’air comburant dans le foyer et par conséquent la combustion du bois se fait dans des meilleures conditions. Quand l’appareil est bien placé dans le four, on pourrait s’attendre ~20% de moins de bois nécessaires aux cuissons pour une famille – donc 20% d’économies d’énergie.

Cet appareil, qui est peu cher, pourrait être fabriqué localement. Il a un énorme impact environnemental positif. Nous avons déjà soulevé le problème des problèmes des forets africaines causés par le bois pris pour l’usage de cuisson (et chauffage de l’eau domestique). -> notre blog janvier 2012, WFES Abou Dhabi

Il faut ajouter la conséquence sociale sur la vie au quotidien de celle (et peut être ceux) qui vont ramasser le bois : de la fumée toxique inhalée quand mauvaise combustion…, ~20% de moins de bois, c’est l’équivalent d’une journée de la semaine ou l’on n’a plus besoin d’aller chercher du bois (peut être ça sera une journée de repos pour le ménage). C’est surtout la tâche des femmes aller chercher le bois et ce sont donc les femmes qui en profitent – une explication du peu d’intérêt pour cet appareil ?

Divers et pour l’exemple citoyen : pour les adeptes de la nourriture Vegan, le restaurant Promegranate Cafe dans l’Arizona et pour chaque « gratitude plate » 1 dollar ira pour la donation de Mewar Angithi (info dans brochure).

Publié dans formation | Commentaires fermés

Conférence Pollutec 2015: « Réaliser un audit énergétique utile et de qualité dans l’industrie » le 30 novembre 2016

Martina Kost a participé à la table ronde organisée par l’OPQIBI en partenariat avec la Fédération CINOV et l’ATEE et présenté comment un prestataire peut faire un audit qui satisfait les attentes de l’industriel et comment on peut dépasser l’approche purement comptable pour élaborer une vraie stratégie pour le management de l’énergie.

Atelier avec B4e à Pollutec 2016

Le public a particulièrement apprécié le témoignage d’un industriel, client de B4E. Il a insisté sur le fait que la pertinence du diagnostic énergie réalisé par B4E est lié certes aux compétences mais également à l’indépendante des intervenants qui n’ont pas de lien avec d’éventuels travaux ou investissements. Les préconisations d’amélioration proposées par B4E ont été suivies des investissements et travaux dans plusieurs sites du groupe. L’accompagnement de l’industriel par plusieurs spécialistes de B4E tout au long de la prestation associé à une montée de compétences des interlocuteurs des services techniques ont mis l’industriel en confiance pour s’engager dans l’action.

Atelier avec B4e à Pollutec 2016

Publié dans Manifestations professionnelles, métier | Marqué avec , , , | Commentaires fermés

Après la COP 22 – Nos refléxions

La question que nous posent spontanément nos partenaires, connaissances et élus locaux : la COP 22 était-elle réussie ?

La réponse rapide est fatalement oui, puisque la prise de conscience des dérèglements climatiques et le RDV annuel pour en parler sont fondamentalement des actes positifs. En effet, ces rencontres rappellent sans cesse à l’humanité les dangers climatiques qui la guettent.

Avant la COP22, il y avait la 21, la 20, la 19 et la 18… Nos Experts regardent les évolutions et cherchent en permanence quelles rôles doit jouer notre réseau d’Experts pour être et rester un acteur « constructif » dans la lutte contre le réchauffement climatique ? Il s’agit pour le réseau de transférer des savoir-faire de R&D, et des expériences technologiques et scientifiques dans les domaines énergétiques vécus dans un pays industriel tels La France ou l’Allemagne.

Apres la COP 22

A Doha, c’était la COP de « la dernière conférence de la dernière chance », à Varsovie c’était la COP « du tournant en l’atténuation et l’adaptation », à Lima on parlait déjà de « green economy », à Paris la COP des accords et Marrakech était sous le signe de « l’action ».

Les pays du nord s’engagent à atténuer les rejets à l’origine de l’effet de serre, et aident les pays « non industriellement développés » à s’adapter aux conséquences du réchauffement climatique qui sévi actuellement chez eux. Les fameux accords de Paris étaient claires sur la répartition des efforts financiers pour le climats : la répartition 50/50 entre l’atténuation et l’adaptation.

Or ce n’est pas ce qu’on observe dans la réalité, les sommes consacrées au climat sont en deçà des réels besoins et dans la pratique des répartitions, on est très loin des 50/50. Les 50% consacrés à l’adaptation, destinées aux pays du sud, c’est « la dette climatique » qui engagent les pays industrialisés et qu’avait évoqué à la COP21 M. François HOLLANDE, président de la République Française. Quand l’adaptation ne représente que 20%, ce n’est pas une situation équitable pour les pays du sud qui subissent le dérèglement climatique causé par les pays du nord. Sans vouloir faire d’étalage de chiffres dans cet article, nos différentes discussions sur place donnent une idée sur une fourchette des besoins pour l’adaptation 300 à 500 milliards de Dollars par an, et le seuil maxi discuté à la COP22 est de 1 Milliard/an. Ci-après le texte tel qu’il a été rédigé dans la proclamation de Marrakech :

« Nous appelons à une augmentation des financements, des flux et de leur accès, conjointement avec une amélioration de la capacité et de la technologie, y compris des pays développés vers les pays en développement. Nous les pays développés Parties, réaffirmons notre objectif de mobiliser 100 milliards de dollars américains. »

Apres la COP 22 - education

A Marrakech la coopération sud/sud semble être le cadre qui servira au déploiement des actions et des financements. A part les actions du Maroc vers le continent Africain qui sont visibles, les mécanismes que mettra en place l’ONU pour pulser cette coopération ne sont pas encore clarifiés.

Sur le plan industriel et celui des nouvelles technologies, la question importante qui se pose à nous est : comment se feront les transferts des savoir-faire nord/sud ?

Publié dans International, Manifestations professionnelles | Marqué avec , , | Commentaires fermés

COP22: Les débats dans la zone verte et le développement local le 16 novembre 2016

Dans la zone verte l’ensemble des problématiques en lien avec le développement des pays et en particulier ceux de l’Afrique a été débattu: l’agriculture, l’eau et surtout la vie quotidienne de millions de personnes du continent. L’énergie et l’accès à l’énergie n’est qu’un des points de ce débat.

Dans notre domaine de compétences, le solaire et l’éolien sont systématiquement mis en avant. Or se sont des énergies intermittentes et leurs usages efficaces doit en tenir compte. Il faudra donc concevoir, pour chaque projet, un système énergétique adéquat, qui permettra la continuité de la production électricité pour assurer les besoins des utilisateurs d’un réseau, d’une usine de production industrielle ou bien d’un village.

Toujours sur le principe du développement durable et l’esprit “Local Ressources, Local Choices”, voici deux exemples :

Premier exemple :

Les montagnes majestueuses de l’Atlas constituent un stock d’eau sous forme de neiges. Il s’agit donc d’un énorme stock d’énergie. A défaut d’un accès Internet, notre “culture énergétique” nous permet de dire que des productions électricité hydraulique existent déjà au Maroc. Et un projet relativement récent existe (peut être en construction) sur le principe de bassins communicants servant a stocker l’énergie hydraulique quand les besoins sont bas, et restituer cette énergie pour palier aux aléas des énergies renouvelables. Il s’agit d’un mix énergétique complémentaire.

Nota : l’eau sert aussi au développement de l’agriculture.

Beit Alouidiane

Photo “touristique” du lac artificiel à usage touristique de “Bein alouidiane” (photos interdites dans la zone du barrage)

Deuxième exemple :

Pour les installations spécifiques comme une usine ou un village, le mix énergétique doit être en mesure d’assurer le besoin énergétique du fonctionnement de l’usine ou de la vie quotidienne et de services du village.

Sur un stand à la COP22, la Technische Universität Wien présente son système de “ combination of power-to-gas with biogas plant”. Il s’agit par ce système de synchroniser en permanence la disponibilité de l’énergie en fonction de la demande. Le biogaz, produit et stocké, joue le rôle de tampon d’énergie pour palier aux intermittences des énergies comme le solaire ou l’éolien.

D’autres conceptions ou adaptations des systèmes énergétiques existants seront possibles et rentables économiquement. Dans tous les cas, les études préalables de faisabilité doivent être réalisées OBLIGATOIREMENT.

Un sujet de réflexion pour les étudiants de l’INSA du Maroc : Voici la photo du résidu d’olives après la phase du pressoir. Photo prise à proximité des villages agricoles et qui produisent l’huile d’olive*.

Residus olives

*Très utile quand on sait que des enfants font des kilomètres pour aller a l’école et l’hiver l’école n’est pas chauffée.

Publié dans International, Manifestations professionnelles | Marqué avec , | Commentaires fermés

Captronic Comité Pilotage Région PNE et Sécurité des systèmes embarqués le 17 novembre 2016

La réunion annuelle du Comité de Pilotage Captronic pour la région PNE avait lieu cette année dans les locaux de l’école ingénieur ESME. (B4E est adhérant Captronic). Après un échange sur les actions menées envers les PME, les experts de la sécurité des systèmes embarqués présentaient la problématique et les solutions, notamment pour les IoT. Une journée riche en discussions et informations.

Captronic Comité de Pilotage PNE 2016

Publié dans informatique embarquee, Manifestations professionnelles | Marqué avec , , , | Commentaires fermés

COP22: Visite du Président de la République le 15 novembre 2016

La visite du Président de la République a marquée cette journée?

COP22 visite du Président

Publié dans International, Manifestations professionnelles | Marqué avec , , | Commentaires fermés

Expo Protection – Assainissement de l’air des sites industriels le 9 novembre 2016

Devant un public très intéressé, Martina Kost a animé pour Cinov la conférence « Assainissement de l’air des sites industriels » lors du salon Expo Protection: de l’impact environnemental et son coût à l’usine du futur. En retour les félicitations des participants pour cette présentation avec une approche innovatrice et d’actualité.

 

B4E ainime une conférence à Expo Protection Assainissement de l'air des sites industriels

Publié dans Manifestations professionnelles | Marqué avec , , | Commentaires fermés

COP22: Economie circulaire le vendredi 11 novembre 2016

Sur le thème de l’économie circulaire, le B4E a son expérience a partager et en particulier un message concret territorial.

Joseph IRANI a participe aux discussions parrainées par Mme Segolene ROYAL sur le thème de l’économie circulaire pour les climats, deux tables rondes sur : les initiatives des entreprises et des territoires.

COP22 Economie circulaire Table ronde entreprises

Une petite remarque : cette photo montre encore une fois qu’au niveau des directions de nos entreprises, la parité n’existe pas, elle est a faire.

A l’initiative de cette après midi, MM. Jean-Louis CHAUSSADE (DG de SUEZ) et Jean-Dominique SENARD (PDG de Michelin)

Quelques points (notes de Joseph IRANI):

  • Il y a du “recyclage” de ce qu’on faisait depuis longtemps, avec des objectifs renforces (exemple le cas de SAINT-GOBAIN).
  • La majorité des entreprises font de l’économie circulaire avec “elles mêmes”. Il faut aller plus loin, d’où le besoin d’une réglementation qui va au-delà du chapitre dans la loi de la transition énergétique.
  • Les actions de l’économie circulaire sont imminents TERRITORIALES. Il faudra donner de la valeur aux actions de l’EC : comme par exemple créer une monnaie locale spécifique (M. Le député LAMBERT)
  • LafargeHolcim Maroc : Sur un des sites, des éoliennes ont été installées, en collaboration avec AREVA, pour produire de électricité. L’objectif sera d’atteindre les 70% des besoins.
  • LafargeHolcim Maroc : une action sur les déchets de la ville ou l’entreprise, en collaboration avec la ville, sera en capacité de valoriser énergétiquement 50% des déchets générés.
  • Veolia a donne un exemple d’une action EC dans une ville allemande
  • la RATP : l’exemple des travaux de la ligne 14, la mise en place de pompes a chaleur avec échangeurs enfouis dans le sol. Ces PAC alimenteront en chaleur les logements créés en surface.

A la COP22, les questions agricoles sont omniprésentes puisqu’il s’agit d’une préoccupation majeures de certains pays. Le Président de BOSCH région d’Afrique, a donne la stratégie de l’entreprise dans le domaine de l’agriculture : rendre l’agriculteur autonome en lui donnant les moyens pour gérer et optimiser l’usage de l’eau par exemple. Jusqu’à même gérer son exploitation avec un smartphone.

Joseph IRANI est intervenu sur le cas du club de l’eco industrie sur la ville de La Courneuve. Un club qui a fonctionne pour quelques années, et un jour il n’y a plus rien… Motif : il n’y a plus de subventions! Ce club a travailler pendant et cumuler un savoir local important sur le tissu des EC, et tou a ete perdu et surtout CELA N’A CRÉÉ AUCUNE COMPÉTENCE LOCALE SUR LE SUJET.

COP22 Economie circulaire Table ronde territoire

Table ronde économie circulaire territoires – il y a quelques femmes sur le podium

Publié dans International, Manifestations professionnelles | Marqué avec , | Commentaires fermés